xport_lowdef_b2berlin-2.jpg

Photographie Emmanuel Ligner

Corinne Baud // 

Atelier à Nantes 

baudcorinne@yahoo.fr

N°SIRET : 794 219 907 00035

N°MDA : B319389

Je suis sculpteure.

Ma pratique plastique se nourrit de gestes anciens, et plus contemporains, elle part du corps, questionnant le milieu dans lequel ce corps évolue. 

Je travaille principalement la taille directe bois.

J'interroge formes, matériaux et espace.

J'aime me confronter à des espaces qui ne me sont pas familiers, bousculant mes habitudes de faire, et de penser, découvrant des gestes, confrontant mon corps à des "nouveaux possibles", nouveaux enjeux.  

Il y a la taille directe, l'écriture, le dessin, la marche, 

il y a le bois, le plâtre, la terre,

il y a du fil, de la laine, des cornes, des poils,

Il y a des lieux d'échanges et ceux de solitude.

Après une formation aux Beaux Arts de Toulouse(5ans-DNSEP design espace), je travaille comme designer d'espace, puis j'enseigne dans les écoles au métier de DMA(diplôme de métier d'art) à Paris.

Je pars ensuite deux ans à l'étranger (UAE) où je travaille le dessin, et j'écris.

De retour sur Paris, j'intègre l’atelier de Sylvie Lejeune, aux ateliers Beaux Arts, durant 4 ans pour une formation professionnelle à la sculpture en taille directe et à la morphogenèse. 

Depuis 5ans, j'ai un atelier à Nantes où je travaille et qui est aussi un lieu de sensibilisation à l'art de la sculpture et de la gravure.  Enfants et adultes peuvent s'initier à ces deux disciplines artistiques. 

De la sculpture en taille directe, j'aime le corps à corps, la relation à l'espace, aux rythmes, au son.

Une confrontation s'opère, un champ des possibles qui s'ouvre largement, permettant un lien direct avec le corps, la matière et  l'espace. Un lien qui me conduit vers une forme d'intimité,  vers un rapport que j'entretiens avec la terre, celle de l'enfance, des ancêtres, des origines, qui me renvoie à l'intime de la caverne, des premiers gestes.

La question des gestes est récurrente dans mon travail ; quelles sont les habitudes et les rituels qui perdurent et ceux qui disparaissent? Quels sont les gestes que nous gardons et ceux que nous ne faisons plus? Que nous oublions?

La question du corps, aussi, ce qu'il mémorise, ce qui l'habite. Quel lien entretient-on avec les nuits, les noirs profonds, les cavernes et les éclairages au feu? Et les bêtes, comment vivons-nous avec elles aujourd'hui?

Comment mangeons-nous aujourd'hui? Comment nous abritons-nous? Quelle forme ça prend?

L'origine de ces questions, qui vient parfois de souvenirs, de mémoires de gestes, de lieux aussi qui n'existent plus, de durée modifiée et de temps suspendu, m'a emmenée sur le territoire vaste de recherches liées à la morphogenèse.

J'aime le corps en contact avec la terre

J'aime arpenter les terres

J'aime y poser mes pieds, sentir le sol, humer la terre, être dans un silence et la lenteur, dans l'attente même.

Je cherche à établir une forme de connexion avec un temps d’avant pour comprendre celui d'aujourd’hui.

 

Passer une nuit avec les bêtes - les écouter dormir,

s'asseoir dans un champs en plein soleil,

se rouler dans l'herbe,

déplumer un poulet, 

Expérimenter ce qui n’est plus

Retourner dans la caverne

et voir quelle forme ça peut prendre.